MARY POPPIN'S RANT : EXCLUSIVE INTERVIEW !

by - 22:28:00


 Journaliste : - "Bonjour Mary, c'est un grand honneur de vous recevoir, sachant qu'à ce jour vous n'avez jamais accepté d'interview."

Mary.P : - "Hello Sir, si j'ai accepté de vous rencontrer ce n'est pas pour le plaisir de prendre le thé, c'est uniquement dans l'intérêt des enfants, car s'est avéré, on marche sur la tête."

J : - "Ce n'est pourtant pas le genre de situation qui vous dérange d'ordinaire si je ne m'abuse ?!"

M.P : - "A quoi faites vous allusion ? Si il est question de cette tea party avec mon oncle c'est déplacé, ce n'est qu'un incident ! Voilà bien des procédés de journaliste, si vous le prenez sur ce ton je m'envole !"

Elle réajuste son col et fait mine de se lever, non sans avoir jeté un coup d’œil satisfait à son reflet, dans les vitres du studio.

J : - "Non non je vous en prie Miss, restez ! Je voulais seulement savoir si c'était un principe éducatif, cette histoire de prendre le thé accrochés au lustre du plafond, ou si c'était fortuit !"

M.P : - "Je ne daigne pas répondre à cette question ! En revanche, je suis scandalisée par tout ce qui m'a été donné à voir et à entendre ces derniers temps en matière de pédagogie et d'éducation infantile !"

J : - "Développez je vous en prie !"

M.P : - "Et bien voyez vous, d'une part vos enfants s'adressent à vous sans la moindre distance, exactement comme si vous aviez le même âge qu'eux, exigent tout un tas de choses insensées, tyrannisent les adultes et occupent tout l'espace ; tandis que d'autre part, vous leur donnez une bien désastreuse vision du monde.Vous en faites des adultes miniatures, autrement dit des petits monstres ! Les enfants ne se nourrissent pas d'objets (les jouets sont de plus en plus hideux), l'enfance pour survivre toute une vie nécessite du rêve : des plumes, de la mousse, des feuilles, des nuages, c'est à dire toute la faune et la flore, la voûte céleste, l'univers dans son infinité..! Vos enfants sont des vieillards, capricieux et désenchantés, et vous, vous êtes de bien frustres personnes, quel gâchis !"

J : - " Vous avez un jugement sévère ! Nous faisons ce que nous pouvons avec ce que nous avons reçu !"

M.P : - " Taratata ! Le soleil, la lune et les étoiles brillent pour tout le monde! Entendez vous seulement chanter les oiseaux tout absorbés que vous êtes par vos futiles préoccupations de tristes sires !"

J : - "Miss sauf votre respect, tout le monde n'a pas le privilège de converser avec le vent et tout une ménagerie !"

M.P : - "Je ne fais que constater et tout cela m'attriste ! Soyez attentifs... Écoutez je ne suis pas la pour vous enseigner la langue des oiseaux, ni pour vous accabler, mais c'est bientôt Noël et je ne saurais tolérer que cette année encore, les grands enfants que vous êtes, vivent encore un Noël morose au ras des pâquerettes : sans féerie, ni fantaisie, et pour les plus jeunes sans appréhension. Ils ne craignent même plus les foudres du père Noël ! Il semblerait, soit dit en passant, qu'il soit au bord du burning out ! Quel que soit leur comportement, ils seront immanquablement ensevelis  sous un tas de cadeaux ! Entre nous, on n'a pas la même définition du mot cadeau, mais ça c'est une autre histoire !"
Alors voici mon manifeste !"
Elle tend un rouleau de papier bien ficelé au journaliste.
- "Lisez, propagez, partagez, et prenez de la graine, je n'ai rien inventé ce n'est là que du bon sens !"
Là dessus, elle tend sa petite main gantée de blanc au journaliste et  s'arrache du sol.




You May Also Like

0 commentaires